"Bouts de colères" d'écrivain

 

 

 Pourquoi l'espèce humaine est-elle pétrie de haine ?

Cette phrase me hante depuis quelques années déjà...

 

     

Retour au

Menu principal

Cette espèce humaine qui s'est, a priori, implantée la dernière sur la terre, est le prédateur le plus redoutable de la planète. Et les règles de vie de ce prédateur-là se caractérisent par l'absence des processus inhibiteurs propres aux grands fauves. Comparé à l'homme, le loup est un agneau, puisqu'il renonce à tuer celui qui se soumet, ou reconnaît son infériorité et fait lui-même acte de soumission. En revanche, l'homme tue l'homme sans vergogne pour le plaisir ou au nom de "sa" vérité.

 

Alors que l'amour prélude presque toujours à nos enfantements, notre monde donne trop souvent l'impression que l'espèce est façonnée d'une argile mauvaise.

 

Survivre à cette haine, cette violence, cet appétit de pouvoir de mes semblables peut se faire en enfonçant la tête dans le sable ou en enfourchant de grandes causes. Pour le moment, j'ai choisi les petites causes, car elles paraissent à mon échelle.

 

La plus importante, pour moi, est le travail que je tente de réaliser auprès d'enfants et d'adolescents : semer des graines d'envie de lire et d'écrire... Cela peut paraître bien minuscule par rapport à ma colère contre les prédations en tous genres, mais redonner envie de lire et d'écrire aux adultes de demain n'est pas neutre. En dehors de l'évidence qui est de leur permettre de rêver et d'apprendre ou de communiquer "en profondeur", savoir lire et écrire favorise la résistance aux manipulations en tous genres. Fuir les évidences de l'image permet de mieux cerner notre univers, et les autres.

 

Et puis, bien sûr, ce qui me touche, m'enflamme, me peine est dans mes livres... Il paraît que mes textes sont trop démonstratifs, et ce serait une des raisons de ma difficulté à leur trouver des éditeurs. Oui ! La colère et la perméabilité à la souffrance du monde rendent démonstratif. Difficile de prendre suffisamment de recul pour écrire sereinement ce qui vous brûle.

 

 

Un jour, peut-être, j'aurai le temps d'écrire ici tout ce qui m'indigne et me pousse à résister. Mais... ne vaut-il mieux pas tenter d'agir plutôt que de ronchonner ?

 

Et si chacun d'entre nous agissait à la toute petite échelle qui peut être la sienne, le monde deviendrait déjà tellement meilleur. Qu'en pensez-vous, vous qui venez de me lire ?

 

Vue d'en haut...

 

Les courses

 

Nounours et Western

 

 


 

 

mireille.mirej@free.fr

Retour haut

de page

 

 

 

© Copyright 2004-2017 Mireille Mirej Tous droits réservés